Audette

Marie-Anne Audet

Persona interprété par Martine Mercier dans le groupe Soldats du Roy et habitants en Canada

audette.png

Je me nomme Marie-Anne Audet, mais on me connait surtout par mon nom d’employée « Audette ».

Je suis une aide cuisinière au service de Mr D’Ercourt et de Mme De Périgny. Quelqu’un écrit ce texte pour moi puisque je ne sais ni lire et ni écrire.

Je suis née à Québec en 1704, je viens d’une famille qui vit de la terre.

Je me suis mariée à l’âge de 20 ans avec mon marie Jean Audet. Nous avons eu cinq enfants mais seulement deux sont aujourd’hui vivants. Mon mari a dessoucher une grande partie de sa terre et j’ai participé aux tâches que l’agriculture impose. Ma fille s’est mariée jeune, à 16 ans elle avait déjà trouvé un mari. Mon fils a hérité de la maison lorsque mon mari est mort il y a 5 ans. J’y ai habitée deux ans, mais les conflits perpétuels avec sa femme m’ont donné l’idée de me trouver un emploi à l’écart de Québec. J’ai peu d’affinité avec les dentelles et les bonnes manières, mais je tente d’être à la hauteur devant mes patrons (maîtres).

Je me sens parfois loin de la terre depuis que je travail au Manoir. Par chance je peux aller me promener dehors entre mes corvées. Le travail y est facile, et j’y suis confortable toute l’année et nous ne manquons jamais de rien. Mes tâches consistent à aider à la préparation des repas. J’assiste notre chef dans presque toutes les tâches. Je commence à connaître suffisamment les besoins et habitudes du chef pour être efficace. C’est de la bonne cuisine que nous préparons, nous sommes loin de mes bouillis.

Mes moments préférés de la journée c’est lorsque je vais au jardin chercher des légumes ou des épices, aller porter les pelures aux cochons et leur dire un petit bonjour et surtout j’aime aller au village pour acheter le pain ou le poisson et potiner avec les fermières. Je ne sais pas faire de grands calculs mais je peux me débrouiller avec la monnaie.

Mon plus grand embarras est que je n’arrive pas à me souvenir des paroles saintes des prières du dimanche. Notre Sœur a bien tenté de me les apprendre mais je reste ignorante du latin. Je marmonne bien quelques mots mais je suis un cas désespéré.

Je souhaite y rester aussi longtemps que ma santé le permettra. En espérant toujours être à la hauteur des besoins de Mr et Mme.

Audette

Martine Mercier

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site