Persona du mois

Découvrez à chaque mois un de nos nombreuses " personas" ou identités historiques.

Soldat Drouin

Henri Drouin

Persona interprétée par Michel Grenier dans le groupe La Grande Guerre.

Henri drouin

Jamais Henri Drouin n’aurait pensé se retrouver en Europe quand il était tout jeune. Originaire de Sainte-Famille à l’île d’Orléans, et fils de cultivateur, il pensait plutôt rester sur la terre paternelle ou devenir forgeron car c’est un manque flagrant au village.

Avec l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne, des bataillons se forment dans les grandes villes pour le service outre-mer. Lorsque la rumeur se confirme à l’automne 1914 qu’un bataillon canadien-français sera crée à Montréal, il décide alors de s’enroler. C’est quand même avec regret qu’il quitte sa famille et prend le train pour aller s’entraîner à St-Jean. L’entraînement n’est pas de tout repos, même pour un gars de la campagne qui est habitué à trimer dur; lever à 6 h, marche de 12 à 15 milles avec ou sans paquetage, gymnastique, mousqueterie, sémaphore pour certain, n’étaient là que certains sujets touchés durant cette période à St-Jean. Mais on espérait tous un départ pour les vieux pays dans les prochaines semaines, ce qui arriva presque en mars 1915, lors de notre départ pour Amherst en Nouvelle-Écosse.

L’entraînement est beaucoup plus physique, au moins une longue marche à tous les jours, même jusqu’à 20 milles pour la plus longue à date. Puis il y a les Church parade le dimanche, et le bataillon au complet est vacciné contre la varicelle. Et enfin, vers la fin mars, le bataillon se rend à la gare pour prendre le train vers Halifax pour s’embarquer dans le Saxonia de la ligne Cunard. Toute la population d’Amherst nous attend à la gare pour nous souhaiter bon voyage, même la fanfare est de la partie, avec ses airs patriotiques, pour nous souhaiter aussi un bon voyage.

L’entraînement se continue durant la traversée; gymnastique, lutte, boxe, exercice de sauvetage et messe sur le pont font partie du quotidien. Puis, après 11 jours en mer, nous débarquons au port de Plymouth, pour embarquer aussitôt dans le train en direction de Westernhanger. Une fois à destination, il nous faut faire une dernière marche de 4 milles avant d’arriver au camp d’entraînement de East Sandling.

Enfin l’Angleterre, mais ça, c’est une autre histoire…………

Michel Grenier

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site