On commence par la base

Cette mois-ci, dans notre chronique" Shimoiseries", découvrons l'expression shimoise :

«Trousseau de base »

Le « trousseau de base » est la liste des objets et des vêtements minimaux que doit posséder un membre afin de vivre un événement de reconstitution historique.  Selon les époques et les contextes établis, cette liste exhaustive varie.  Elle comprend les objets nécessaires pour dormir, se laver, s’habiller et manger.  La direction de chaque groupe rédige cette liste en fonction des besoins du contexte.  Cette liste est conçue pour permettre aux nouveaux membres d’acquérir rapidement les articles de base nécessaires. 

is-00221.jpg

Le trousseau comprend tout ce qu'il faut pour dormir et faire sa toilette, entre autres. Ici,  le tout présenté dans un contexte de reconstitution.

Lors des premières activités de reconstitution organisées par les fondateurs de la SHIM, les membres n’avaient à apporter ni leur propre vaisselle, ni leur ustensiles et parfois même ni leurs vêtements !  Rapidement, cette volonté de prêter aux membres tout le matériel requis est devenue une entrave importante. Comment trouver les sommes nécessaires pour les acheter ?  Qui  devrait les fabriquer ?  Où entreposer tout ce matériel ?  Que faire avec le matériel brisé ou négligé par les emprunteurs ?  Lequel parmi les membres  devrait-il assurer le transport de tous ces articles ? Qui devrait assurer le montage et le démontage  du matériel lors des activités ? Il n’était plus envisageable que ce soit toujours les 2 ou 3 même personnes qui achètent, entreposent, transportent, nettoient et entretiennent 90 % du matériel requis pour environ 10  personnes ! Il fallait bien que ce « loisir » en soi un pour tous les membres !

Cette première expérience pénible  nous a amené à modifier notre politique concernant la gestion du matériel.  Il n’était plus question de prêter aux membres l’ensemble des objets requis pendant une période indéterminée.  Désormais, il faudrait que les membres achètent éventuellement leur propre matériel.  Il fut donc décidé de prêter quelques articles aux nouveaux membres, le temps que celui-ci acquiert son propre kit. Cependant, cette nouvelle approche, plus stricte, était encore bien difficile à gérer.  Enfin, après de nombreuses réflexions, le groupe établit que les membres devraient posséder un « trousseau de base » avant même de faire un premier événement.  Ainsi, les membres devenaient autonomes et avaient l’entière charge de leur matériel, libérant le groupe  et la direction de cette lourde tâche.  De cette manière, le groupe avait plus de temps à consacrer à d’autres aspects de ce loisir complexe.

img-3611.jpg

Un trousseau de base pour une habitante en 1750... présenté dans son emballage de 2013!

Évidemment, le « trousseau de base » peut être bonifié avec le temps.  Le membre peut ajouter du matériel, dit « complémentaire », à son trousseau, selon les goûts et les moyens financiers de sa persona. Bien que le « trousseau de base » ait  résolu bien des problèmes de gestion du matériel, il demeura une problématique  de taille : la gestion du matériel non personnel, c’est-à-dire celui utilisé par l’ensemble du groupe … à suivre dans un prochain billet !

 Audrée Breton pour la SHIM

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site