Le « Mal de tête d'évenement »

Le « mal de tête d’événement »

Après quelques jours d’événement, il arrive fréquemment que le reconstituteur au sein de la SHIM développe ce que l’on a appelé : «le mal de tête d’événement».  Ce malaise,  qui semble assez banal, peut grandement nuire à une fin de semaine d’activités….  Il s’agit d’un mal de tête d’abord assez faible, mais envahissant, qui finit par devenir assez fort.   Depuis que nous connaissons ce problème de santé lié à notre loisir, nous avons essayé d’en trouver la cause.

mal-de-tete.png

Le mal de tête peut frapper en tout temps ! (Forteresse de Louisbourg, 2011)

Plusieurs hypothèses ont été avancées. ….Est-ce dû à la privation de café, pour ceux qui en prennent dans leur vie moderne ? Ou encore la privation de nicotine pour les fumeurs ?  

Est-ce simplement le changement des habitudes de vies sur quelques jours ?  Le fait de se lever tôt, se coucher tôt, travailler plus physiquement, être debout de longues heures, et de manger des aliments inhabituels ?

Ou encore, est-ce parce que nous portons des vêtements crées à une époque où les maisons étaient gardés à 15 degrés  alors qu’aujourd’hui les musées et sites historique sont surchauffés à 22 degrés ?   Serait-ce un début de coup de chaleur ?

il-fait-chaud.png

Surtout quand il fait chaud ! (Forteresse de Louisbourg, 2011)

 Ou doit dont penser qu’il s’agit d’un effet de la présence accrue de fumée dans la pièce alors que le feu est allumé presque toute la journée ?  Un problème moderne d’évacuation des poussières dans l’air ?

Pour l’instant, impossible d’identifier une seule et unique cause… En effet, les causes semblent varier d’une personne à l’autre.  Nous avons aussi remarqué que certaines personnes n’en sont pas souvent atteintes, tandis que d’autres y sont abonnés !

Cependant, nous avons découvert quelques remèdes : boire beaucoup d’eau salée ou sucrée, boire un café fort, éviter de rester  inutilement devant le feu, empêcher la fumée d’envahir la cuisine et les autres pièces, prendre une longue marche dehors au frais, faire une petite sieste en milieu d’après-midi ou enfin boire une tisane de saule blanc.

Dans les années à venir, nous réussirons peut-être à déterminer la cause exacte de ce mal des transports…dans le temps !

Audrée Breton, pour la SHIM

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site