Être ou ne pas être...contexte

« être contexte »

Dans un billet précédent, nous avons expliqué ce qu’était un «contexte» en reconstitution, c’est-à-dire une sorte de scénario de base (lire le billet sur le contexte).  Une fois celui-ci établi, il reste aux reconstituteurs à le mettre en place lors des activités.   Pour cela, chacun essaiera d’ « être contexte ».  

Qu’est-ce que « être contexte » ?   Cela signifie respecter le contexte qui a été choisi.  En théorie, c’est assez simple, mais en pratique, c’est un art qui se développe avec les années.

Du général au spécifique

Afin de bien respecter le contexte, il faut connaître ce dernier de façon générale, c’est-à-dire l’ensemble de l’époque ciblée,  et puis de façon plus précise en allant chercher le détail du scénario et de la persona.

Connaître l’époque

D’abord, il faut connaître les grandes lignes de l’époque reconstituée.  Est-ce une époque conservatrice ou plutôt innovatrice ? Quelles en furent les principales nouveautés et découvertes ?  Quels sont les grands courants de pensées ?  Est-ce la paix ou la guerre; la famine ou l’abondance ?

Par exemple, dans notre contexte du groupe 1750, nous savons que nous représentons une époque qui se veut innovatrice et qui remet en questions de nombreuses idées reçues. Nous sommes une colonie française riche et bien implantée, qui connaît une période de paix et d’abondance. Ainsi, pas question que notre jeu de rôle présente une ambiance morose et conservatrice…

sans-titre-3.pngPaix et abondance en cette année 1750, en Canada (Redoute Dauphine, 2007)

Connaître le contexte du groupe

Il faut poursuivre en entrant dans les détails de ce contexte.  Que représentons-nous dans cette période précise ?  Est-ce un régiment, une troupe, une famille, une maisonnée ? Quels en sont les intervenants ? Quels sont leurs activités, leurs places dans la société ?

Si nous poursuivons avec  l’exemple précédent, dans le contexte colonial français du 18e siècle, nous représentons plus spécifiquement une maisonnée d’une famille noble en 1750.  Cette famille joue un rôle à la fois militaire, car Monsieur est capitaine d’une compagnie franche de la Marine, et marchand, car ce dernier est dans le commerce. Ils ont certainement des échanges avec les personnes importantes de la colonie.  Leurs domestiques occupent  une place de prestige parmi les gens du commun. De cette façon, notre jeu de rôle reflétera cette place particulière au sein de la société canadienne. 

img-4997.jpgMonsieur et Madame font partie de la haute société canadienne. (Forteresse de Louisbourg, 2011)

Connaître sa persona

Une fois que nous respectons les particularités de l’époque et du contexte, il reste à interpréter celles de notre persona.

Nous avons vu dans un billet précédent ce qu’était la persona (lire le billet sur la persona), soit une sorte de modification de notre personnalité naturelle en fonction du contexte.   Cette « personne d’une autre époque » que nous jouons a ses croyances, ses goûts, ses défauts et ses qualités en fonction de son rôle. 

img-6252.jpgLe cuisinier commande tout le personnel de cuisine. (Maison Drouin, 2011)

Suivant toujours notre exemple, comment doit se comporter un cuisinier dans la maisonnée de Madame au milieu du 18e siècle ? S’il est un peu orgueilleux, curieux et efficace, il sera probablement un cuisinier intéressé par les nouveautés en cuisine, désirant présenter des mets riches et abondants, qui sauront épater les invités de Monsieur et Madame…  Il devra être modeste et servile devant ses maîtres;  et agir en  maître avec les servantes et garçons de cuisine !  Lorsqu’il se promène en ville, il devra être élégant et respectueux, pour faire honneur à la maison.  

Ainsi, lorsque notre cuisinier discutera avec Madame,  avec les servantes de cuisine ou avec les gens de la ville, il saura comment adapter son comportement pour respecter le contexte…On dira alors qu’il  « est contexte ». Il pourra alors « parler en contexte », une notion que nous explorerons dans un prochain billet…

img-4381.jpgLe cuisinier fait briller son maître devant la bonne société. (Forteresse de Louibourg, 2011)


Audrée Breton, pour la SHIM

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site