Boule à mythes

La SHIM se donne comme mandat de faire découvrir la vie de nos ancêtres de façon positive.  Entre autres, elle vise à réviser des faits et croyances erronés sur le passé.  Venez défaire quelques petits et grands mythes sur différents sujets historiques.

Des héros...volontaires ?

Les Héros oubliés

Aujourd’hui, attaquons nous à une croyance populaire qui se doit d’être rectifiée et qui concerne la participation des Québécois à la Seconde Guerre mondiale.

Vous entendrez sûrement un jour les deux mythes suivants :

« Les Québécois n’ont pas participé à l’effort de guerre 39-45. »

« Les Québécois qui ont traversé l’Atlantique durant la guerre y ont été forcés. »

Deux fausses croyances issues en grande partie du débat sur la conscription obligatoire qui a secoué le Canada à cette époque et de la loi sur la mobilisation de 1940.

 En 1941, le recrutement diminue. Le 27 avril 1942, le premier ministre canadien Mackenzie King décide de tenir un plébiscite, demandant aux Canadiens et aux Canadiennes de dégager le gouvernement de sa promesse de ne pas rendre la conscription obligatoire pour le service outre-mer. 72,9 % des Québécois ont voté « contre », tandis qu’en Ontario la population vota à 82,3 % « pour », de même que l’Alberta avec 70,4 %, le Nouveau-Brunswick avec 69,1 % et l’île du Prince Édouard avec 82,4 %.  Les Québécois se démarquent en indiquant clairement qu’ils ne veulent pas le retour de la conscription obligatoire. (Les raisons sont nombreuses et justifiées…et seront le sujet d’un autre billet !).  La mémoire collective a plutôt retenu que le Québec était contre la participation à la guerre….et que les Québécois n’y auraient donc pas participés…

affiche.jpg

Source : http://www.google.ca/imgres?q=recrutement+canada+2e+guerre&um=1&hl=fr&sa=N&tbo=d&biw=1619&bih=735&tbm=isch&tbnid=2cl8GTbK4Z5zhM:&imgrefurl=http://www.journal.forces.gc.ca/vol12/no1/54-clow-fra.asp&docid=t751CO7uwzPuaM&imgurl=http://www.journal.forces.gc.ca/vol12/no1/images/56-CLOW-image4-fra.jpg&w=250&h=377&ei=fZnIUN-gFe6E0QGmx4DICQ&zoom=1&iact=hc&vpx=2&vpy=344&dur=846&hovh=276&hovw=183&tx=112&ty=238&sig=111542071928866089456&page=2&tbnh=144&tbnw=107&start=41&ndsp=48&ved=1t:429,r:51,s:0,i:242

Qu’en est-il vraiment ?  Les Québécois  furent 131 618 à se porter volontaires, dont 94 446 dans l’armée de terre.  Là-dessus, certains estiment  de 55 000 (cela varie cenpendant selon les sources - mais j'ai choisi le plus petit estimé...) le nombre de Québécois francophones.  Cette somme  représente 19 % de la population mâle québécoise de 18 à 45 ans à cette époque.   Le reste du Canada, de son côté,  fourni 32 % de sa population masculine.   Il est intéressant de penser qu’au Québec, 7 personnes sur 10 ont voté contre la participation à la guerre…et que 2 hommes sur 10 se sont portés volontaires… Tandis que dans le reste du Canada, 8 personnes sur 10 ont voté « pour » et 3 hommes sur  10 se sont finalement présentés au recrutement.

Mais ont-ils vraiment traversés l’atlantique volontairement ? La loi sur la mobilisation des ressources nationales (loi LMRN) de juin 1940 obligeait les jeunes hommes célibataires entre 21 et 24 ans à s’inscrire sur une liste de recrutement, ainsi qu’à effectuer un entraînement militaire de base d’un mois, puis ils devenaient des réservistes.[i]  La recrue ne pouvait alors servir qu’en sol canadien.  Conséquemment, seuls les volontaires – c’est-à-dire ceux qui se portaient volontaires pour le service général - pouvaient être envoyés à l’étranger.

caen-1.jpgSource : http://www.frontenac-ameriques.org/histoire-et-memoire/article/le-debarquement-des-canadiens

Durant la Seconde Guerre Mondiale, il faut donc retenir que les volontaires canadiens-français ont participé au conflit, dans leurs propres unités, tout au long de la guerre, à Dieppe (Les Fusiliers Mont-Royal, Royal Regiment of Canada),en  Italie (Royal 22e Régiment),sur  les plages de Normandie (Régiment de la Chaudière), en Hollande (Régiment de Maisonneuve), et dans la campagne de bombardement en Allemagne (425e Escadron).

Je vous invite à lire les ouvrages suivants pour en savoir davantage et défaire définitivement ces mythes préjudiciables :

volontaires.jpg"Volontaires. Des Québécois en guerre. (1939-1945)" de Yves Tremblay.

 

heros.gif

 "Les Héros oubliés . L'histoire inédite des militaires Canadiens-francais de la Deuxième Guerre mondiale".

 de Pierre Vennat. Tome, I, II, et III.

 

Et que dire du rôle des Québécoises ?

Pour en savoir plus :

Les Québécoises dans l'armée :

femmes.jpg"Les femmes dans le patrimoine militaire canadien " de Barbara Dundas. 

et même les Québécoises à la maison et au travail :

foyer.jpg "De la poêle à frire à la ligne de feu. La vie quotidienne des Québécoises pendant la Guerre 39-45 "

 de Geneviève Auger.

Bonne lecture !

Audrée Breton, pour la SHIM.

 

 

 

 



[i]TREMBLAY, Yves. « Volontaire. Des Québécois en guerre 39-45. ». Montréal, Édition Athéna, 2006. Page 14,15.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×